Return to site

La “Kiff attitude”, un apprentissage dans l’ère du temps ?

 

Focus sur la positivité professionnelle. 

La “Kiff attitude”, un apprentissage dans l’ère du temps ?

Depuis quelques années, l’heure est à la réflexion dans les administrations et directions d’entreprise : les logiques d’actionnariat et de rentabilité extrême, lorsque l’humain est délaissé, ne fonctionnent pas comme prévu. 

D’un côté, les enquêtes qui font état de la corrélation entre la performance et le bien-être se multiplient, mobilisant jusqu’à des neuroscientifiques (voir le Harvard Business Institute). Avec des chiffres impressionnants : un salarié heureux serait 30 fois plus productif ! De l’autre, on prend conscience de maux longtemps non reconnus, comme le burn-out, et le dommage qu’ils occasionnent sur la santé des employés et leur travail.

« Un salarié heureux [...] est 30 % plus productif qu’un salarié désengagé »

Il faut ajouter à cela une nouvelle génération de Millenials qui bouscule les codes établis du travail : ils demandent un emploi où ils se sentent bien, qui ait du sens, ils rejettent le trop grand nombre de relations hiérarchiques verticales, et auraient tendance à vite changer d’entreprise lorsque les conditions de l’épanouissement ne sont pas réunies (on en parle par exemple ici ou encore ici).

À tel point que de nombreuses entreprises se sont mises à la recherche de la « recette » magique, celle qui ferait rester ces nouveaux talents et leur offriraient le bien-être. Malheureusement, elle semble aussi insaisissable que le trésor de Cortez (sans la malédiction, enfin nous croyons). Ce qui fait qu’aujourd’hui, Boule (DRH) et Bill (PDG) se creusent les méninges : comment rendre un employé heureux ?

On pourrait presque se dire que le bonheur est la nature, la substance, que dis-je, l’huile essentielle du travail moderne ; c’est en partie l’huile de Cocoworker (ce genre de jeu de mots est susceptible de se reproduire au cours de cet article, vous êtes prévenus), qui met un point d’honneur à penser le management bienveillant, avec les pairs, à travers une reconnaissance motivante et humaine. Mais alors, comment s’épanouir au travail ?

Tout en essayant de vous faire sourire (car c’est un point important pour travailler sur soi et rendre son quotidien professionnel plus joyeux selon Hassan Charraf, cité ici) cet article voudrait vous proposer quelques tips psychologiques pour que votre travail devienne top.

Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que chacun de nous à un grand rôle à jouer ! Certaines études du bien-être indiquent en effet qu’il y a une grande responsabilité de… l’individu (ici, l’employé) lui-même ! Je vous entends d’ici, « plus facile à dire qu’à faire », « me fais pas perdre mon temps, je suis pressé, je dois avoir le RER de 18h32 le suivant est toujours blindé », ou encore pour les motorisés « super je vais me retrouver coincé dans les embouteillages ».

Affronter avec positivité les enjeux et obstacles de notre quotidien professionnel peut nous permettre d’améliorer nos facultés, et surtout d’être plus heureux de s’investir.

Effectivement, ce n’est pas facile de se dire que notre volonté seule peut changer beaucoup de choses ; mais c’est pourtant très efficace.

Ainsi, aborder une tâche répétitive avec positivité est capable d’influencer non seulement notre expérience, mais également notre performance ! C’est ce que montre Olivier Schmouker (blog Les Affaires) grâce à une étude de Stanford.

En effet, cette dernière prouve qu’une attitude positive face à un problème (de maths dans l’étude) active l’hippocampe (une partie du cerveau, pas ton animal totem). On parle alors d’éveil de la curiosité ; un éveil qui booste nos capacités intellectuelles et provoque de la satisfaction lorsque la tâche est effectuée ; pire encore, on en redemande. Autrement dit, affronter avec positivité les enjeux et obstacles de notre quotidien professionnel peut nous permettre d’améliorer nos facultés, et surtout d’être plus heureux de s’investir.

" Est-ce que vous pouvez répéter ? "

Par ailleurs, écartez les mauvaises pensées ! Pour LeMatin, « le cerveau inconscient ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, il intègre ces croyances comme s’il s’agissait d’une réalité et finit par nous faire vivre dans cette croyance ». Par conséquent, bannissez les pensées parasites comme « je n’ai pas de chance », « je suis limité », « personne ne m’aime », « il faut être pistonné pour réussir ». À force de vous le répéter et de le penser, vous risquez effectivement de devenir limité et de subir toutes ces peurs. La positivité, dans le cadre de votre travail, vous apportera donc une réduction de stress, mais aussi une confiance en vous plus solide.

Dans la méthode Coué, c’est également l’imagination qui est à l’honneur : il faut s’adresser à elle pour améliorer notre bien-être et motiver nos actions. Du côté de la Ligue des Optimistes et de Luc Teyssier d’Orfeuil (spécialiste de la question), on souligne l’importance d’atteindre un état d’esprit particulier, « un savant mélange de conscience et de lâcher prise » qui est favorisé par la répétition de phrases simples (façon mantra). D’ailleurs, vous connaissez peut-être celle-ci, l’une des plus connues : “Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux.”

Outre la répétition positive, la méthode Coué peut être appliquée par deux autres moyens : la visualisation (se projeter dans une épreuve à venir, pour être plus serein lors du moment clé) et l’auto-suggestion par le corps : adopter une posture physique confiante, s’identifier à un grand orateur pour l’imiter, mais aussi, et avant tout, sourire, bon pour la santé et réducteur de stress. Pour en savoir plus sur cette méthode intrigante, rendez-vous ici !

Enfin, un dernier aspect mais qui possède une grande importance, c’est le collaboratif ! Reconnaissance, feedbacks, coopération… c’est même tellement important qu’un article complet y sera dédié prochainement ! Il se peut même qu’on vous parle ensuite de télétravail. Oui je sais, ce cliffhanger est insoutenable ; mais le prochain épisode arrivera très vite.

Alors on vous dit à bientôt,

Prenez soin de vos tulipes.  

Victor de Cocoworker

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly