Culture d'entrepriseDéveloppement professionnelKiffManagementOpen badgesOrganisationReconnaissanceSoft skills

4 Méthodes concrètes pour évoluer vers l’organisation apprenante.

15/05/2019

Pour répondre à l’évolution constante des marchés, qui appellent à toujours plus de réactivité, nombre d’entreprises cherchent à moderniser leur mode de fonctionnement. En lieu et place des silos, vestige fordiste de la division du travail, elles cherchent dorénavant plus de transversalité.

Ce besoin d’adaptabilité et d’efficacité font tendre les entreprises vers un modèle démocratisé dans les années 1990, « l’organisation apprenante ». C’est l’idée que l’entreprise acquiert et transfère perpétuellement la connaissance entre ses membres, modifie son comportement en fonction (Garvin 1993), et que l’on utilise « de façon systématique l’intelligence globale de tous les acteurs pour rendre l’organisation de plus en plus efficace », nous dit André Payette, cité par Mathieu Laferrière, conférencier invité dans La technologie et l’organisation intelligente. Nous vous expliquions déjà ce modèle et les principes de l’organisation apprenante dans un précédent article. Aujourd’hui, nous vous proposons cet article aux allures de “DIY*” ! Non, ce n’est pas un guide complet pour monter une bibliothèque à paillettes, mais bien 4 méthodes pratiques et concrètes, pour transformer votre entreprise en une structure apprenante !

*DIY : Do It Yourself, qui signifie “faites le par vous-même” ou “fait maison”.

1. Restaurer la confiance en soi en osant le feedback !

Comment faire un feedback dans une organisation apprenante

Le feedback est capital pour garantir le bon fonctionnement d’une organisation apprenante ! Tout d’abord, c’est lié à la thématique de la reconnaissance au travail : les salariés et le management intermédiaire estiment n’être pas assez considérés, et ils seront donc plus facilement désengagés. À l’inverse, une équipe reconnue sera une équipe motivée, qui trouvera plus facilement du sens dans son travail, et deviendra active dans son développement.

De plus, pour une collaboration saine et transversale, chacun doit être prêt à entendre des critiques (constructives !). Stéphane Haefliger, sociologue,  identifie la première limite des organisations apprenantes comme « le manque de confiance profond en soi, rencontré à tous les niveaux de la hiérarchie (…). Il s’agit pour chacun, mais plus encore pour les cadres supérieurs, de pouvoir accepter le feedback, le succès comme l’échec, le fait que d’autres réussissent ou aient fait des erreurs. »

L’astuce Cocoworker : Instaurer une habitude authentique de feedbacks positifs entre collègues. Avec la plateforme Cocoworker, chacun peut reconnaître positivement ses collègues, pour ses pratiques de travail, ses softskills ou son investissement !

2. Investir sur la formation continue pour rendre les salariés acteurs de leur développement !

pourquoi la formation et la collaboration sont la clé de l'organisation apprenante

Dans l’organisation apprenante, on attend des salariés qu’ils se forment d’eux-mêmes, pour qu’ils puissent opérer en autonomie : ainsi, ils se développeront au même rythme qu’ils développeront l’entreprise. Pour cela, il faut leur donner la possibilité d’ouvrir leur champ de vision, et surtout d’être acteurs de leur apprentissage !

Un excellent moyen d’y parvenir est de s’appuyer sur les Open Badges. Les Open Badges sont des outils de formation innovants : ces emblèmes numériques ouverts, portables et vérifiables vont valoriser les compétences issues de l’apprentissage informel, qui représente jusqu’à 70% de l’apprentissage d’un employé ! Le Badge certifie ainsi l’acquis ou la maîtrise d’une compétence, et indique également les moyens et étapes pour l’obtenir. Autrement dit, chacun se fait son propre parcours, en choisissant les badges qu’il veut obtenir. On adresse les thématiques de la formation continue et de la reconnaissance au travail !

L’astuce Cocoworker : Transmettre un outil de formation continue aux salariés, capable de les rendre acteurs de leur développement. Notre plateforme comprend un parcours d’Open Badges, qui permet aux salariés de renforcer les compétences comportementales valorisées par l’entreprise. Chaque salarié est acteur de son développement et renforce son profil !

3. Manager en coachant !

comment former ses salariés dans l'organisation apprenante

Le management est essentiel, mais pas n’importe lequel : il s’agit justement de s’écarter d’un management prescriptif de plus en plus critiqué, pour aller vers du “leadership” : “c’est le management qui doit donner l’envie d’apprendre, qui doit créer les conditions de la confiance dans l’apprentissage collectif” nous dit Alex Muchielli. C’est la figure du coach : une sorte de Didier Deschamps qui transmettrait ses connaissances et sa vision au salarié Griezmann, et adapterait son schéma de jeu pour qu’il puisse exprimer son plein potentiel.

Le manager doit donc valoriser ses équipes ! Sur notre plateforme Cocoworker, tous les collaborateurs peuvent s’échanger des reconnaissances positives (les kiffs), associées à des softs skills (la communication, le leadership,…) qui viennent récompenser les pratiques de travail et l’investissement de chacun. Et sur cette plateforme, le manager peut incarner une posture de coach en animant l’outil auprès de ses collègues ! Il peut par exemple mettre en avant les kiffs reçus par son équipe, fixer une soft skill à valoriser ou à développer dans le mois, mais aussi accompagner un salarié qui souhaite acquérir tel ou tel badge…

L’astuce Cocoworker : Permettre aux managers d’être des coachs du développement des salariés. Sur la plateforme Cocoworker, le manager est le Zinédine Zidane de la reconnaissance au travail et de la formation : il peut accompagner ses collègues, les conseiller, et animer leur développement personnel et professionnel. 

4. Renforcer ses valeurs et s’assurer qu’elles sont alignées avec les collaborateurs !

Comment partager une vision et des valeurs avec les employés.

Amorcer une redirection vers un modèle apprenant est un changement conséquent, synonyme de pression. Pendant ce processus, il est impératif de veiller à ce que les valeurs de l’entreprise soient alignées entre dirigeants et employés : chacun étant plus autonome, il est essentiel que tous partagent une vision, pour collaborer et atteindre les objectifs de l’entreprise.

Pour cela, il faut éviter que ces valeurs ne soient que de jolies phrases placardées dans les bureaux : il faut que les salariés puissent se les approprier, pour les vivre et les représenter au quotidien.

Ainsi, sur la plateforme Cocoworker de reconnaissance au travail, les employés peuvent valoriser leurs pairs qui incarnent les valeurs de l’organisation. En effet, les kiffs expliquent concrètement en quoi leurs comportements  positifs sont des applications de ces valeurs ! Grâce au fil d’actualité qui recense ces échanges, on peut alors se rendre compte de l’interprétation de ces valeurs par les salariés. Enfin, la cartographie nous permet de voir dans quelle mesure ces valeurs sont reconnues dans l’entreprise. C’est une forme de management par les valeurs. 

L’astuce Cocoworker :  Veiller à l’alignement des valeurs entre dirigeants et collaborateurs, en faisant prendre vie à la culture d’entreprise. Grâce à la reconnaissance au travail, les valeurs ne sont plus des mots figés dans le temps mais des principes incarnés au quotidien .

 

Victor de Cocoworker