Bien-être au travailKiffQVTReconnaissance

L’égalité professionnelle : enquête sur la parité du kiff.

05/12/2018

« Aujourd’hui, nous célébrons le fait que nous allons avancer, et faire un immense progrès social pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (…) : toutes les entreprises vont devoir mesurer leur écart de salaire et d’égalité des chances dans la carrière des femmes et des hommes. »

Ce sont sur ces mots que Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, a ouvert la conférence de presse au ministère le 22 Novembre 2018, aux côtés de Marlène Schiappa. Une conférence consacrée à la dernière avancée gouvernementale : l’index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Index, Kézako ? C’est une sorte de grille qui fonctionne selon un système de points, en ciblant 5 éléments clés dans l’égalité professionnelle. On y retrouve par exemple la proportion de femmes dans les 10 salaires les plus élevés de l’entreprise ou les écarts de salaire à poste et âge comparable. Les entreprises devront publier d’ici 2019, sur leur site, toutes ces informations, selon la grille de l’index. Ceux obtenant moins de 75 points (100 étant la note maximale) auront alors trois ans pour corriger leurs écarts, sous peine de souffrir de lourdes sanctions (1% de la masse totale salariale par exemple).

L’égalité Homme-Femmes apparaît encore comme la dernière roue du carrosse du plan d’actions 2019 de votre entreprise ? Partagez ce dernier argument pour mettre en lumière ce qui s’annonce être une priorité clé, au même titre que votre plan de transformation numérique.

Ces démarches répondent à un réel besoin : d’une part, on observe encore 9% d’écart de salaires à travail de valeur égale. L’écart monte à 25% tous postes confondus, et à 37% au moment du calcul de la pension de retraite (Cf Index) ; d’autre part, 74% des français (selon l’IFOP) regrettent que les femmes gagnent un salaire inférieur à celui des hommes. La grande majorité s’accord sur la nécessité de ces actions, louables, mais est-ce le seul moyen d’agir sur l’égalité professionnelle ? C’est la question que nous nous sommes posée.

Nous pouvons lier cette question d’égalité professionnelle à celle de la reconnaissance au travail. En effet, payer une femme autant qu’un homme, lui offrir une promotion au même titre qu’un homme, c’est l’idée de la positionner à la même hauteur pour un travail égal, de reconnaitre en elle la même valeur que l’on a reconnue chez un homme. Et si cela semble tout à fait logique et indispensable, ce n’est malheureusement pas encore appliqué partout.

Pour Jean Pierre Brun, la reconnaissance au travail est « un acte constructif d’appréciation de la contribution d’une personne, tant en termes de pratiques de travail que d’investissement personnel. La reconnaissance devrait être formelle et informelle sur une base régulière ».

Soit une science aussi vaste que riche, aussi importante que bénéfique (nous en parlions ici ou ici), et sa définition nous permet de souligner un point qui peut être clé : se sentir reconnu(e), cela passe également par se sentir apprécié(e), récompensé(e) de façon informelle et formelle ; pour résumer, considéré(e). Autrement dit, il est possible de reconnaître les résultats et les compétences avec le salaire, mais également l’investissement, la singularité, les efforts collectifs, etc. ! *. Finalement, vouloir l’égalité professionnelle peut également passer par reconnaître femmes et hommes avec la même étendue et la même justesse.

*Voir Le tableau de synthèse des types d’interaction, de Jean-Pierre Brun et Ninon Dugas, in La reconnaissance au travail : une pratique riche de sens, 2002.

 

Comment y parvenir ? Chacun peut y contribuer : avec notre solution Kiff, tous les salariés disposent du même pouvoir de reconnaissance, quel que soit leur fonction et leur rôle dans l’entreprise, et l’outil est entièrement transparent. Ces spécificités contribuent à développer de nouveaux modèles de réussite accessibles et inspirants pour tous. L’outil participe ainsi à considérer chacun avec la même attention et permet de révéler des talents grâce à l’intelligence collective ! Chacun est capable de souligner l’investissement de ses pairs, femmes et hommes, et de les considérer, en leur formulant un feedback positif.

Quel est l’impact concret sur l’égalité professionnelle ? C’est ce que nous avons voulu déterminer, et nous avons pour cela observé cette reconnaissance sur les 6 derniers mois, dans 2 entreprises qui ont installé Kiff. L’élément clé : la présence d’hommes et de femmes dans la catégorie des tops receveurs/ses, autrement dit les 5 personnes qui reçoivent le plus de kiff par mois.

Dans la première entreprise, les femmes inscrites sur notre application représentent environ 14% des effectifs du nombre total d’inscrits. Leur présence dans le Top, sur 6 mois, est d’une moyenne de 23% : elle est donc même plus élevée, proportionnellement, que leur présence dans l’entreprise, de 9 points.

Dans la seconde entreprise, les femmes représentent 57% des inscrits, et sont présentes à 48% dans le Top. Leur présence dans le top est donc moins élevée, proportionnellement que leur présence dans l’entreprise, de 9 points.

 

Les deux entreprises n’ayant pas le même effectif, leur moyenne générale donne un effectif féminin total de 32% de femmes, avec une présence à 35% dans le Top. Autrement dit, un écart général de seulement 3% sur une durée de 6 mois, qui plus est en « faveur » des femmes de ces entreprises. Au final, nous observons des résultats qui indiquent une forme d’équité presque parfaite !

Finalement, la reconnaissance au travail, dans son ensemble, peut permettre aux femmes de gagner en visibilité, d’être perçues sans être réduites à un genre et donc de s’affranchir des barrières habituelles qu’elles peuvent rencontrer encore aujourd’hui en entreprise. Et si les écarts salariaux sont amenés à se réduire au cours des prochains années, reconnaître l’individu pour ses bons comportements, sa singularité, son unicité, mais aussi son investissement et son engagement collectif restera toujours aussi important. D’une part car cela agit sur des leviers clés comme le bien-être et la performance, mais également pour cet impact positif sur la parité et la visibilité de toutes et tous.

Victor de Cocoworker